Les Parents parlent aux Parents

Parents - Ados, préservons une bonne relation

  Parents - Ados

Préservons une bonne relation

Qu'est-ce que l'adolescence, comment gérer les conflits ??

Soirée présentée et animée par le Docteur Ann Byttebier

le vendredi 17 octobre 2008 au Collège.

En voici un résumé proposé par le Docteur Ann Byttebier

Résumé de la conférence: Parents - Ados, préservons une bonne relation

 

1 : Qu’est-ce que l’adolescence ?

 

C’est un processus qui se déroule par étapes dont le rythme et la succession varient étonnamment d’un adolescent à un autre et qui tend à trouver un équilibre entre l’attachement aux parents et la création de liens affectifs nouveaux .

«  La veille encore ils jouaient aux voitures ou aux Barbies et le lendemain ils essayent de donner une image d’eux-mêmes très différente et de s’intégrer dans un monde qui leur est presque inconnu »

Les adolescents ont mauvaise presse. Trop souvent, les médias les montrent sous leur mauvais jour en parlant de ceux qui ont des difficultés (les fugueurs et les délinquants) tandis qu’ils couvrent moins ceux engagés dans le bénévolat ou l’action communautaire.

Contexte culturel

Les adolescents n’ont aucun statut, aucune place pour eux dans la société.. Par le passé les jeunes atteignaient rapidement la maturité. Maintenant, nous leur demandons d’être dépendants et disciplinés jusqu’à ce qu’ils acquièrent la formation nécessaire pour trouver un emploi dans une société axée sur la performance. Les parents se sentent parfois dépassés, à juste titre, par la tension qu’entraîne l’adolescence. Il y a cependant moyen d’améliorer les choses. On peut commencer par réveiller nos souvenirs et se demander «  Adolescent, dans quelle mesure est-ce que je me confiais à mes parents ?, «  étais-je très critique et porté à argumenter ? » , « quels étaient les rêves et mes craintes ? »

 

Certaines réalités demeurent les mêmes à toutes les époques et dans toutes les cultures. L’adolescence est TOUJOURS un combat pour l’indépendance, une période d’affirmation et d’opposition aux parents.

Les adolescents vivent aujourd’hui dans une société plus complexe et plus impersonnelle. Ils sont également aux prises avec le SIDA, la violence et la rareté des emplois.

 

RELATIONS FAMILIALES

 

La base de l’harmonie familiale est le respect de la frontière magique et sacrée entre le monde de l’enfant et le monde des adultes. Cette frontière fondamentale a été malmenée ces dernières années (avec entre autres mai 68). On traite d’égal à égal les enfants ce qui est totalement destructeur.

Chacun doit rester à sa place en jouant bien son rôle : les parents à la place des parents, les enfants à la place des enfants et même chose pour les grands-parents.

De nos jours l’enfant est le centre de la cellule familiale. Toutes les attentions sont braquées sur lui ; la famille est plus devenue une relation parentale que conjugale

C’est l’enfant-roi, qui doit porter tous les espoirs et toutes les attentes. Ce rôle est très lourd et met la famille en déséquilibre car l’enfant en devient le baromètre ;

Le mot magique dans la relation familiale est le RESPECT. ON ne peut pas aimer quelqu’un qu’on ne respecte pas. Et ce respect doit être réciproque pour être solide.

Notre attitude est essentielle au succès de la lutte que mènent nos enfants pour atteindre l’indépendance et la maîtrise de soi. Leur réussite tient en grande partie à notre capacité de prendre un certain recul face aux événements.

 

Lorsque les parents et les enfants vivent en harmonie, la vie familiale peut être merveilleuse. Les adolescents sont vraiment agréables et peuvent nous revigorer. Ecoutez-les, demandez leur  avis sur des sujets importants ou graves concernant notre société actuelle. Leur vivacité et leur intelligence donnent du piquant dans  l’existence.

Mais lorsque parents et adolescents sont à couteaux tirés, la tendance qu’a l’adolescent à se réfugier dans le silence et le rejet constitue une source de malaise et de frustration pour les parents.

Profitez au maximum des moments agréables. Pensez aux qualités que vous appréciez chez vos enfants même lorsqu’ils vous montrent temporairement leurs mauvais côtés Il est important pour les parents de considérer l’instabilité de leur relation comme une étape essentielle du développement de l’adolescent en vue de se détacher de ses parents.

Restez à l’écoute, toujours , en permanence.

 

MAITRISER SA COLERE

 

Le cheminement vers la vie adulte est semé d’embûches et les adolescents se fâchent souvent sans savoir pourquoi.  Ils n’aiment pas être dépendants mais ils ont peur de l’autonomie. Ils sont ennuyés d’être traités tantôt comme des enfants, tantôt comme des adultes, mais ils agissent souvent de façon incohérente eux-mêmes et ils se hérissent lorsque vous leur faites la remarque.

Vous pouvez agir de façon plus constructive à la colère de votre adolescent si vous comprenez ce qui la motive.

 

Dans une société qui semble approuver le recours à la violence pour résoudre les conflits, nous devons aider les adolescents à maîtriser leur colère et à exprimer sainement ce qu’elle cache. La colère est une émotion normale et elle peut être une expression d’impuissance, de douleur, de frustration, de confusion ou de culpabilité. Demandez-vous comment dans votre maison, votre jeune peut exprimer sa colère de façon acceptable et en aborder les causes. Il faut préciser clairement que les cris, les insultes et les coups sont inacceptables, comme toute autre forme d’agression.

Tout comme les jeunes enfants, ils nous prennent en exemple. C’est pourquoi il faut être conscient de notre propre comportement afin de  ne pas faire partie du problème. Les adolescents provoquent souvent leurs parents, et les pères et les mères qui réagissent avec excès peuvent se laisser entraîner dans des disputes futiles. Un adolescent hors de contrôle n’a sûrement pas besoin d’un miroir devant les yeux.

 Les parents doivent se demander : «  comment est-ce que je réagis lorsque moi-même je me fâche ? Est-ce que je voudrais qu’on m’imite ? »

Lorsqu’une parole ou un acte de votre adolescent vous fâche, forcez-vous à prendre du recul. Accordez-vous un moment de répit avant d’aborder le problème. Vous pourrez ainsi mettre les choses en perspective.

Huit conseils pour une bonne communication parents-adolescents :

 

-         Ne contestez pas la façon dont votre adolescent voit les choses. Exprimez plutôt votre opinion et développez : «  je ne pense pas de la même façon », «  je crois que », «  voici mon point de vue »

-         Ne parlez pas à votre adolescent comme vous parleriez à un enfant. Rien  n’est plus irritant qu’un ton condescendant.

-         Evitez les longs discours qui eux aussi provoquent l’hostilité.

-         N’établissez pas de règles que vous ne pouvez pas appliquer.

-         Mettez l’accent sur la faute commise et non sur celui ou celle qui l’a commise.

-         Réfléchissez à ce que vous direz et aux mots que vous emploierez.

-         Transmettez vos messages de façon claire et concise.

-         N’abordez qu’une question à la fois.

REGLES ET DISCIPLINE

 

Il est normal pour les adolescents de défier les règles.

Certaines règles ne sont absolument pas négociables, par exemple l’alcool au volant, mais il faut garder le nombre de celles-ci au minimum. Les parents qui font un plat des plus petites choses risquent de perdre toute leur influence sur leurs adolescents. En exigeant la soumission la plus complète, ils pourraient, sans le savoir, se créer un adversaire en puissance. Dans la mesure du possible, donnez des directives plutôt que des ultimatums. Sinon, la vie familiale deviendra un débat sans fin.

 

Les parents doivent aider leurs enfants à faire la transition entre la discipline parentale et l’autodiscipline. Ils doivent leur enseigner à négocier et les faire participer à l’établissement des règles et à la résolution des problèmes. Les adolescents s’éloignent de plus en plus de leurs parents, c’est pourquoi ils doivent apprendre à réfléchir seuls afin d’être en mesure de prendre des décisions éclairées.

Vous pouvez aider votre jeune à pratiquer la négociation et à diriger positivement son énergie au lieu de la perdre en de vaines épreuves de force.

 

En ce qui concerne la discipline, il est utile de considérer le comportement inapproprié ou inacceptable comme une erreur de jugement ou un choix qui porte conséquence pour votre adolescent Ensuite, entendez - vous avec votre adolescent sur les conséquences de ses actes afin que celui-ci puisse se corriger et chercher à mieux faire à l’avenir

Les parents doivent s’attaquer au problème immédiat, mais il est encore plus important pour eux d’adopter une perspective à long terme. Leur travail consiste à aider les jeunes à prendre de bonnes décisions.

 

Non seulement les jeunes manquent d’expérience, mais aussi de prévoyance.

Grandir n’est pas une chose facile. Il est moins important de dire « je t’aime » à votre enfant que de le lui montrer de façon concrète. L’un des meilleurs moyens est de l’aider à croire en lui. Et pour cela, il faut qu’il sache que vous lui faites confiance.

 

Essayez de le féliciter de ses efforts et rassurez-le à chaque occasion en lui disant qu’il a  les qualités voulues

 

INTERNET ET LES ADOS

 

L’ordinateur est devenu le premier loisir des 10-15 ans devant la télévision.

A l’adolescence, les filles deviennent massivement utilisatrices de messagerie instantanée comme MSN, un équivalent du téléphone il y a 20 ans, quand on tirait le fil du combiné familial pour s’enfermer dans sa chambre et papoter avec ses copines. Les garçons, eux, préfèrent les jeux en réseau.

Une petite minorité, plus fragile, peut devenir dépendante, c’est-à-dire penser que son bien-être ne peut passer que par Internet. Les parents qui découvrent les discussions d’ados sur MSN les trouvent souvent choquantes…

C’est vrai que les jeunes y parlent beaucoup de sexualité, de façon à la fois très crue. En réalité ils ne sont pas aussi en avance que ce qu’ils écrivent face aux vrais enjeux d’une rencontre amoureuse. Le décalage pousse certains à s’inquiéter, à se demander s’ils ne sont pas «  anormaux » parce qu’ils «’ont pas encore vécu une telle expérience sexuelle à leur âge.

Pour que les parents puissent les rassurer, encore faudrait-il qu’ils connaissent les usages « ados » d’Internet. Or 72 % d’entre eux déclarent les ignorer …

En effet, nombreux sont les parents qui considèrent que leurs enfants sont plus experts qu’eux face à l’ordinateur, et qui baissent les bras .Il faut absolument qu’ils s’informent, pour donner ensuite les explications nécessaires.

 

Y a-t-il un âge idéal pour en discuter ? Le mieux est de profiter de la période de latence, entre 9 et 12 ans, où il est plus facile de faire passer des messages, qu’il s’agisse de sexualité ou de civisme. C’est plus difficile (pas impossible) avec l’ado, dont l’objectif est de s’affirmer en se démarquant de ses parents.

Quelles règles les parents peuvent-ils mettre en place pour jouer leur rôle de garde-fou ? Ils doivent faire en  sorte que l’ordinateur n’empiète pas sur le temps du repas, des devoirs, du sommeil, mais de façon réaliste. Il est impossible de demander à un ado de ne jouer en réseau que 10 minutes par jour, c’est incompatible avec le principe même du jeu. Une heure par jour semble plus raisonnable

 

CONCLUSION

 

Notre culture se soucie aussi peu d’aider les parents que les adolescents. On s’attend à ce que les parents élèvent leurs enfants par instinct et qu’ils réussissent parfaitement, sans obtenir l’appui de personne.

Spécialement pendant cette période où vos enfants traversent l’adolescence, il faut vous accorder du temps afin de répondre à vos besoins physiques et émotifs. Vous pourrez ainsi faire le plein d’énergie et serez mieux en mesure de mettre les événements en perspective.

 

Surtout ne vous culpabilisez pas et ne les rendez pas coupables. Ce n’est pas facile d’élever des enfants, aujourd’hui peut-être encore moins que hier.  Restez à l’écoute, ils ont besoin de vous, même s'ils ne vous le disent pas.

Notre société actuelle est exigeante et parfois impitoyable. Nous entendons parler quotidiennement de guerres, de conflits, de pauvreté, de krach boursier, de manque d’emplois, de faillite, de planète en danger et nos enfants grandissent dans l’idée que leur avenir c’est CA. Donnons-leur espoir dans le lendemain, les temps ont toujours été difficiles et durs ; l’être humain a une immense capacité d’adaptation. Comment s’épanouir et être heureux dans un monde qui ne vous propose rien de réjouissant, les jeunes ont besoin d’avoir confiance en l’avenir pour pouvoir avoir un but et continuer leur chemin.

 

 

 

Copyright: apcsj ath Webmaster: mch